Attention : les demandes de bourses "collège" sont à retirer à l'accueil avant le 15 octobre 2018.

Rencontre avec Josef SCHOVANEC

Josef Schovanec autiste asperger, polyglotte, docteur en philosophie nous partagera avec humour et lucidité sa vision du monde hors du commun.

Il a beaucoup de mal à gérer ses relations avec les autres, mais c'est aussi un surdoué qui a de très grandes capacités intellectuelles. "Je fais des choses qui me sont parfois désagréables pour suivre les préceptes de l'autre".

Image (Rencontre avec Josef SCHOVANEC)

"Personne ne voulait être assis à côté de moi"

Sa scolarité a été chaotique. Enfant, il a souvent manqué les cours. Personne, à l'époque, ne se doutait qu'il était autiste. "Je savais lire et écrire avant de savoir parler. C'est le cas de nombreux enfants autistes. [...] Pour la parole, il a fallu attendre six ans à peu près et encore, ça n'était pas compréhensible pour les autres". Les années d'école ne sont que de mauvais souvenirs pour Josef Schovanec. "Je n'avais pas de camarades de classe. Il n'y avait que des petits monstres qui me tabassaient. [...] En primaire, personne ne voulait être assis à côté de moi"...

Josef Schovanec a eu son bac scientifique avec mention très bien. Il est aujourd'hui docteur en philosophie et parle une dizaine de langues. "Les autistes ne sont pas toujours bons dans les standards sociaux, mais que valent les standards sociaux ?" conclut-il.                                   

 Il découvre d'autres cultures et partage ses découvertes pendant, entre autres, sa chronique sur Europe 1, « Voyages en Autistan ». Il est l'auteur de quatre ouvrages biographiques et récits de voyages abordant la question de l'autisme, dont son autobiographie Je suis à l’Est !. Il réalise aussi des traductions, et tient des chroniques écrites et orales lors d'émissions de radio. Il joue un rôle récurrent dans la série télévisée française Vestiaires, depuis la 4e saison.

Extrait de son livre : Je suis à l'Est !  

Il ne faut pas croire que les autistes ont des stéréotypies et que les non-autistes n’en ont pas. Les stéréotypies des personnes non autistes passent simplement pour naturelles, sont mieux acceptées socialement.

Image (Rencontre avec Josef SCHOVANEC)

 Quelques citations de Josef Schovanec:

 "Il n'y a pas que la violence physique qui pose problème. La violence verbale marque probablement encore davantage."

 "Je me dis qu'il n'y a aucun mal à rester un enfant. Quand on voit ce que font les adultes."

 "Je ne peux donc considérer que le fait d'avoir une vie intérieure soit un problème ou un souci. Le souci est plutôt, hélas, la vie extérieure."