Les Portes Ouvertes du Collège se déroulent le Samedi 02 Mars 2019 de 10h à 16h sur le site des 6ème-5ème

Temps fort terminale

Thème: La fraternité, un lien fragile et puissant

  Image (Temps fort terminale)

 

 « Chacun est responsable de tous. Chacun est seul responsable. Chacun est seul responsable de tous. »  Antoine de Saint Exupéry

 

Le vendredi 10 mars 2017 après-midi, tous les élèves de Terminale de l’institution Saint Joseph de Châteaubriant vivront un temps fort intitulé : La fraternité, un lien fragile et puissant

 

Une réflexion de longue haleine sur un sujet essentiel

  Cette initiative est le fruit du travail et de la réflexion du Conseil pastoral de l’établissement. Présidé par le directeur, assisté de l’adjoint en Pastorale Scolaire, il regroupe des professeurs, des parents d’élèves et le prêtre référent. En se réunissant trois fois par an, il soutient et relit l’ensemble des activités de la Pastorale dans l’établissement. Depuis plusieurs années, une question récurrente revenait dans ces rencontres : Comment susciter une réflexion sociétale avec les élèves de terminale ?

 

Peu à peu a germé l’idée d’organiser un temps fort spécifique pour les élèves de Terminale, qui les aide à se pencher sur un thème. Mais l’objectif était que des élèves non chrétiens y trouvent aussi leur compte. C’est à partir de cela qu’a été bâti un après-midi multi-cartes... L’idée de cet après-midi est de proposer à ces jeunes un temps de réflexion.

 

Nous avons déjà eu plusieurs thèmes les années précédentes :

  • Comment partager à des jeunes peu catéchisés la gravité et l’espérance qui sont paradoxalement présentes dans la mort du Christ ? avec l’Evêque Jean-Paul James
  • Temps fort sur la dignité et la vulnérabilité de l'homme avec Jean-Baptiste Hibon
  • A la rencontre des chrétiens d’orient avec Vincent Gelot

 Cette année : un temps fort sur la fraternité. Pourquoi une telle proposition ?

La fraternité, quel ferment pour notre société ?

La fraternité n’est pas une visée, un projet, encore moins un objectif à atteindre, elle s’éprouve. C’est chaque jour dans la réalité de notre vie. C’est pour cela que nous pensons que les jeunes ont besoin de témoins de proximité qui leur font découvrir que l’expérience de la fraternité est possible.

La fraternité contribue à l’élaboration de liens plus ou moins intenses. La fraternité, cette action volontaire porteuse de valeurs morales et d’une volonté de partage est mise en œuvre par des acteurs individuels et collectifs au sein de structures ou à l’intérieur des sociétés. 

La fraternité nous invite à mettre le service du frère au cœur de la société.

Pourquoi est-ce si important pour les chrétiens de s’engager au service de leurs frères ? Leur action a-t-elle un impact au-delà de l’Église ?

Contribue-t-elle à la cohésion sociale ? Quelle est la juste place de la fraternité chrétienne dans une société laïque ? Que faire concrètement pour déployer un élan fraternel dans nos lieux de vie?

Le déroulement du temps fort

 

Celui-ci se déroulera au centre paroissial, manifestant le lien qui existe entre l’établissement et la paroisse Sainte Croix en Châteaubriant.

 

  • 14h : On commence par un temps d’accueil  10’
  • De 14h05 à 14h15 : les jeunes regarderont deux courtes vidéos (10’)

Un temps de silence pour retenir ce que l’on vient de voir et d’entendre. Qu’est-ce que je retiens des films ?

Les mots que je retiens, ce qui me semble le plus important. 5’

  • Déplacement vers les salles du centre paroissial. 
  • 14h15 : ATELIER avec les intervenants
  • 15h25 : pause
  • 15h35 : rencontre avec le père Antoine Dunia avec son témoignage et la synthèse entre tous les ateliers
  • 16h35 : les élèves posent des questions
  • 16h50 : Fin

 

Ce sont les jeunes eux-mêmes qui choisiront en amont dans quel atelier ils voudront aller. Les groupes seront composés en moyenne de 25 à 50 élèves.

 

Atelier A : L’hospitalité Nantaise avec Joseph Mellerin, Catherine Viguerie, Jeannine et André Breton: Chaque année, grâce aux pèlerinages diocésains, environ 350 malades rejoignent Lourdes. Pour certains, c’est la seule sortie de l’année, pour d’autres, l’occasion de revoir les amis, de se sentir moins isolés et bien sûr pour la majorité d’entre eux, le désir de passer quelques jours auprès de Notre Dame.

Etre hospitalier, c’est avoir du cœur et être prêt à donner un peu de temps libre aux personnes malades. Rien n’est petit s’il est fait avec amour! Il y a aussi des professionnels de la santé (kinés, infirmières, médecins). Il s’agit d’un service gratuit pour l’aide de nos frères et sœurs malades.

 

Atelier B : La fraternité en entreprise, une utopie? Avec des entrepreneurs, médecin et infirmière pédo/psychiatre :

Dans le monde du travail, avons-nous le souci de donner sa place et la parole aux personnes en fragilité ou mal à l’aise, cherchons-nous à écouter chacun? Quelles solutions je propose devant des situations difficiles au travail? Suis-je attentif à ceux qui montrent des signes de fragilité? Comment leur donner la parole et leur permettre d’exprimer leur vécu?

La fraternité est le lien existant entre les humains, potentiellement elle peut exister en entreprise, mais qu’elle est sa place, et pour le manager? La place du médecin du travail et du monde médical peut-elle apporter des solutions?

 

Atelier C : L’association « Salut à TOIT» avec l’accueil de réfugiés syriens Mazen et Maroa et Mme Roussez et Mme Grégoire:

Le but de l’association est d’accueillir des personnes possédant déjà un statut de réfugiés, quelle que soit leur origine géographique ou leur appartenance religieuse. Cet accueil comprend l’aide à l’installation dans un logement, l’accompagnement dans les démarches administratives, l’aide dans l’apprentissage de la langue française et toutes les démarches qui a pour but de faciliter leur intégration au sein de la population.

La fraternité y prend tout son sens.

 

Atelier D : La fraternité d’armes avec le général Marcille, Sébastien Desbret et Benoit Barroche :

On parle de fraternité d’armes pour les soldats ayant bourlingué ensemble dans un même régiment ou une même armée.

Un sentiment d’appartenance se développe, un lien fraternel se construit peu à peu par le partage d’objectifs communs, comme l’entrée dans la famille des parachutistes qui sera effective au bout de six sauts, dont un de nuit. Au cours de ses classes, le jeune parachutiste découvre les diverses dimensions de cette fraternité d’armes qu’il vit avec ceux qui servent en même temps que lui... Ce qui fonde la fraternité, c’est d’avoir vécu des choses semblables, difficiles, dangereuses, en particulier au combat. Elle relève de l’intime tout comme la fraternité de sang.

 

Atelier E : Association «NAE soutien et partage» avec Mr Massé et Mme Lebrigand, Mme et Mr Marchand  :

Nous sommes 3 familles à avoir perdus nos enfants. Nolan est décédé du cancer en 2009, Angélique dans un accident de voiture en oct 2012, Evan décédé du cancer en fév 2013. On s’est liés pour apporter du soutien et s’entraider. Quand son enfant décède il est difficile de comprendre à quel point c’est un tsunami dans une famille. L’association que nous avons créée nous a permis de soutenir financièrement d’autres familles qui vivent dans la précarité depuis la découverte de la maladie de leurs enfants...Notre association nous permet de partager et de faire prendre conscience que la vie est fragile et que demain tout peut basculer. Discuter de ses difficultés, écouter les autres, cela donne la force de s’en sortir.    

   En espérant que tous nous soyons dans la joie de réussir ce temps fort.

temps-fort-terminale-10-mars-2017.pdftemps-fort-terminale-10-mars-2017.pdf
Taille : 6.8 Mo

Hervé Blanchard, P. Antoine Dunia et Jean-Paul Horhant